Antenna pour fagott seul

Bien que je me sois intéressé au fagot, je n’ai pas eu l’opportunité d’explorer les possibilités de cet instrument car je n’ai pas trouvé de fagotiste bien habitué aux techniques contemporaines. A la fin de 2011, finalement, j’ai trouvé un fagotante extrêmement motivé par ce genre musical, c’est pourquoi nous avons commencé une collaboration pour écrire une pièce pour fagot solo.
En fait, un jour, j’ai eu l’occasion de me promener sur un ligne de chemin de fer désaffectée à Paris. Cette fois-là, je suis passé par un très grand tunnel abandonné. Quoique la longueur du tunnel fasse plus de 1km, je n’avais pas de lumière. Dans le tunnel, Il n’avais aucun bruit provenant de l’extérieur. Mais je pouvais entendre les bruits de l’eau, air, et des sons indéterminés qui prenaient une résonance sinistre. De plus, peu à peu, la peur de rencontrer des animaux (éventuellement un fantôme) s’est emparée de moi. Donc, jusqu’à la sortir, j’ai fait se concentrer toujours mes “antennes” pour détecter l’existence invisible.
Les particularités des modes des jeux variées de fagot me rappellent le souvenir de cette expérience dans la monde souterrain. J’ai décidé de développer ma musique à partir de cette image. Et puis, certains sons de fagot m’évoquent quelque chose d’électrique. Notamment le multi-phonique et la combinaison entre le son de fagot et la voix me semblaient comme une diffusion brouillée de radio. Finalement, dans cette pièce, j’ai combiné les images des antennes biologiques et celles de la communication électrique.